Laurie Cabrera
Laurie Cabrera
  • Disciplines: Contemporain, Jazz

 

Laurie Cabrera a étudié la danse classique et le Jazz dès ses 3 ans et s’est professionnalisée en contemporain en entrant au Conservatoire National de Région de Lyon. Dès sa formation, elle expérimente la pluridisciplinarité en scène notamment avec le musicien Mathieu Clara pour qui elle coréalise une création chorégraphique mêlant percussions, danse contemporaine et danse jazz pour deux danseuses et un musicien. Entre autres projets, elle crée également, pour son examen de fin d’études, avec deux étudiants comédiens du conservatoire, un Trio intitulé « Pot de Fleur-Vaisselle » : pièce danse-théâtre inspirée de l’univers de Samuel Beckett. L’année suivante, elle a l’ occasion de faire une reprise d’une version courte de « May B » de Maguy Marin ; confirmant ainsi, définitivement, son goût pour la théâtralité dans la danse et la pluridisciplinarité en scène.

Elle obtient un bac TMD ainsi que le Diplôme d’Etudes Chorégraphique au sein du CNR, puis le Diplôme d’Etat afin d’enseigner, à Aurillac en 2010.

Directement, elle travaille à Saint Etienne au développement de la Compagnie des Ballets Contemporains de Mireille Barlet. Interprète de la pièce jeune public “Un sourire qui mord” pendant 5 ans pour une tournée locale et nationale, elle y développe son intérêt pour le travail avec l’objet. Assistante chorégraphe auprès des jeunes danseurs pré-pro de la compagnie des « Orteils de Sable », chorégraphe pour des publics amateurs et scolaires et des centres sociaux dans des projets d’ampleur, elle se spécialise dans cette compagnie dans le travail avec l’enfant et les amateurs, de 4 à 78 ans, ainsi que dans l’apport d’une danse exigeante et de qualité auprès de publics de tous horizons.

En 2015, elle fonde avec Manon Cazes le « Collectif à deux » et cherche à développer un art performatif pluridisciplinaire, regroupant une vingtaine d’artistes venant de toute la France, autour du patrimoine de la ville de Saint-Etienne.

D’autre part son intérêt pour un accès ludique à la Culture, la pousse à développer un travail chorégraphique innovant autour de jeux de société, à l’instar de son travail avec le jeu « DIXIT » qu’elle utilise comme base de créations auprès de publics amateurs et professionnels.

Ainsi pendant deux ans, au sein du collectif elle met en place des résidences, des Jams, des courts-métrages, ainsi que différentes performances et représentations réalisées dans de hauts lieux du patrimoine de la ville.

A travers des évènements comme les « Solidays », ou des Bals Contemporains, elle chorégraphie pour de grands groupes allant jusqu’à 300 personnes.

Aujourd’hui son travail est orienté dans une recherche de démocratisation de la danse contemporaine, par la transversalité des arts.

Elle cherche à questionner la place de l’art aujourd’hui, particulièrement auprès d’un public de néophytes et utilise un mixte de cultures populaires et folkloriques issu de sa propre double identité caribéenne et française, qu’elle associe à des références plus académiques de par sa formation. Un autre aspect de son travail tient également en sa volonté de mettre en scène et de confronter des artistes et des techniciens de tous bords (graffeurs, régisseur lumière, concepteurs masques, dessinateur de bd, vidéastes, designers, musiciens, etc.) à la représentation live, dans une démarche chorégraphique. La question de la relation femmes-hommes mais plus globalement des mutations de notre Humanité nourrissent son imaginaire et sont au cœur de sa création. Commun·e·mpreinte, association franco-suisse, est fondée en 2020 dans cet objectif.

Au sein de Résodanse Station, elle apporte ses 11 années d'expériences en tant que pédagogue, chorégraphe et interprète professionnelle, pour partager un Contemporain ludique et créatif, pour les petits comme pour les grands.